harpagophytum

L’harpagophytum bio : sa culture et ses bienfaits

L’harpagophytum est connue pour ses actions sur les douleurs articulaires. Cette plante vivace a de nombreuses tubercules sur sa tige, et fait de jolies fleurs mauves. De ces fleurs naissent alors des fruits ligneux. Petit aperçu de ce qu’il faut savoir sur l’Harpagophytum.

 

La Culture de l’harpagophytum

Les fruits de l’harpagophytum sont en forme de crochets, qui viennent alors s’accrocher aux animaux, qui cherchent à s’en débarrasser en sautant et se contorsionnant. C’est cela qui a valu à l’harpagophytum, le surnom de « griffe du diable ». Cette plante apprécie particulièrement le sud-ouest de l’Afrique où les sols sont arides tels qu’à proximité des déserts du Botswana ou de la Namibie.

 

Sur une terre sablonneuse

Pour cultiver l’harpagophytum, il est nécessaire de disposer d’une terre sablonneuse bien aérée. La plante vivant dans des milieux désertiques, ne demande que très peu d’eau. Aussi, un arrosage à raison de deux fois par mois suffira. Par contre, il est nécessaire de choisir un lieu en plein soleil.

La popularité croissance de l’harpagophytum en fait une plante en voie d’extinction, il est donc nécessaire de créer des cultures nouvelles afin de le protéger. Si vous souhaitez le cultiver en intérieur, il vous faudra vous procurer des néons qui offriront alors à la plante la lumière dont elle a besoin pour grandir.

harpagophytum

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, ce n’est pas dans ses fruits que se cachent les principes actifs de l’harpagophytum, mais dans les tubercules de la racine secondaire. Ces dernières peuvent peser jusqu’à 1.5kg et constituent 90% du poids total de la plante. On les trouve enfouies entre 60 et 80cm de profondeur.

 

La commercialisation de l’Harpagophytum

Au moment de la récolte, les racines sont coupées, avant d’être nettoyées et d’être laissées au soleil pour sécher.

Ainsi, l’harpagophytum vendu dans le commerce se trouve principalement sous forme de poudre. Celle-ci est obtenue en coupant et broyant la racine. Aucune autre substance, telles que les additifs, solvants, conservateurs ou autres, n’est ajoutée au produit. En général les gélules d’harpagophytum sont dosées à 220mg, et il est recommandé d’en prendre six par jour, avant les repas.

Il est également possible de trouver l’harpagophytum sous d’autres formes tel que :

  • le macérât,
  • la tisane,
  • ou la teinture.

Le macérât est réservé à un usage externe, et demande de laisser les racines préalablement séchées au soleil, macérer dans de l’huile d’olive durant 30 jours. En tisane, il suffit d’infuser la plante quelques minutes dans l’eau bouillante.

 

Les bienfaits de l’harpagophytum

Les peuples d’Afrique du Sud ont commencé à utiliser la griffe du diable il y a plusieurs centaines d’années afin de soulager de nombreux maux, tels que :

L’harpagophytum recèle en effet de nombreux principes actifs qui ont des propriétés diurétiques, anti-inflammatoire, antispasmodiques, analgésique. De plus, elle contient également un grand nombre de vitamines et sels minéraux essentiels à l’organisme.

En cas d’arthrose, l’harpagophytum est particulièrement recommandé, car il va pouvoir réduire la douleur ressentie par les patients. Pour ces mêmes raisons, nombreux sont les sportifs à l’utiliser dans le cas de tendinites ou autres douleurs articulaires dues à l’effort physique.

Outre cette action, l’harpagophytum agit également sur le système digestif. Il va le stimuler et aider au drainage de l’estomac et de la vésicule biliaire.

harpagophytum

Pour les blessures externes

De plus, l’harpagophytum peut également être utilisé sous forme de pommade, ou de macérat sur les blessures externes. Il va alors permettre de soulager et soigner les irritations, les brûlures et les ulcères.

Aucun effet secondaire n’a été constaté lors de la prise d’harpagophytum. Toutefois, sa consommation est déconseillée :

  • aux femmes enceintes,
  • aux personnes souffrant d’hypertension artérielle,
  • de calculs biliaires,
  • d’ulcères gastriques ou duodénaux,
  • ou d’une inflammation du colon ou du rectum.

Quoi qu’il en soit, il est préférable de toujours demander l’avis de votre médecin afin de prendre un complément alimentaire.

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de